La fascination des japonais pour les sakura..

Quand les cerisiers fleurissent, tout le pays ne parle que de ça, les japonais sont fascinés par cette fleur délicate et fragile..

« La fleur du cerisier a une façon bien à elle de s’ouvrir. D’un bouton de couleur relativement foncée, la fleur s’ouvre progressivement, de 30 %, puis 50 %, et plus elle s’ouvre, plus le rose devient pâle. Apprécier ce changement subtil de la couleur est aussi l’une des façons d’admirer les cerisiers, particulièrement savoureuse, à mon sens. Et voir les pétales dispersés par le vent courir sur le sol… ne trouvez-vous pas cela poétique ? Les “radeaux de pétales” glissant sur les ruisseaux est aussi un splendide spectacle. Les cerisiers ne restent en fleurs qu’une dizaine de jours tout au plus, chaque instant est l’expression d’une beauté différente, qu’il faut savoir saisir et admirer. »

 (Asada Nobuyuki, secrétaire général de l’Association japonaise pour les cerisiers, Nihon sakura no kai )

Il existe plus de 600 variétés de cerisiers dans l’Archipel, en incluant les espèces d’origine et les différents croisements. Introduit au Japon au milieu de l’ère Edo avant de s’étendre dans tout le pays à partir de l’ère Meiji, le Somei Yoshino, aux fleurs à cinq pétales de couleur rose pâle, en est aujourd’hui la variété la plus populaire.

De nombreux sites dans tout l’archipel sont célèbres pour leurs cerisiers. Plusieurs cerisiers millénaires sont également connus et admirés, comme le Jindai-zakura à Yamanashi ou le Taki-zakura de Miharu à Fukushima.

Le cerisier est associé aux moments clés de la vie, les rencontres et les séparations..