« Shodo », la voie de l’écriture.

Un des plus anciens arts traditionnels du Japon sublimant la beauté, la fluidité et l’équilibre de l’écriture.

« Shodo », qui signifie la voie (do) de l’écriture (sho), est toujours activement pratiqué à travers tout le pays et considéré bien au-delà d’une forme d’art décoratif ou d’un simple moyen pour rédiger. Arrivé au 6e siècle au Japon, il s’est développé avec l’introduction du bouddhisme et l’écriture de ses textes. L’une des premières calligraphies connues est le « Hokke Gisho », attribuée au pinceau du prince
Shotoku (574-622).

La plupart des Japonais apprécient toujours les subtiles courbes produites par le maître Shodo-ka, témoignage vivant de cette forme d’art traditionnel les plus anciennes et les plus profondes du Japon.

De nos jours, le Shodo est activement pratiqué à travers le Japon par des personnes de tous âges. Il est enseigné comme matière obligatoire dans les écoles élémentaires, puis en option au lycée comme la peinture ou la musique.

A l’école primaire au début de chaque année, les enfants participent à une activité appelée Kakizome, où ils créent des oeuvres calligraphiques symbolisant leurs souhaits pour la nouvelle année. Car en début d’année, les Japonais sont attentifs aux premières choses : premier lever de soleil, première visite au temple… Selon la tradition, le Kakizome est la première calligraphie de l’année écrite au pinceau avec de l’encre noire sur des bandes de papier : un mot ou une phrase de bon augure, quelque chose qui incarne les souhaits ou les résolutions de chacun, ou encore la venue du printemps.

La calligraphie est donc un exemple de la façon dont une tâche utilitaire comme l’écriture peut être transformée en art populaire, bien qu’elle ait beaucoup évolué tout au long de l’histoire du pays.

Pour la cérémonie du thé liée au bouddhisme zen, s’imprégner d’une oeuvre de calligraphie pour se libérer l’esprit est une étape essentielle lors de sa préparation. Elle est peinte sur un rouleau suspendu appelé Kakemono, installé dans le Tokonoma.

Découvrez les objets d’artisanat japonais utilisés dans l’univers de la calligraphie avec« Les objets du shodo ou l’écriture en beauté », une exposition du 2 au 30 novembre à l’ESPACE DENSAN, 8 bis rue Villedo Paris 1er.

Un maître artisan qui fabrique à la main les pinceaux Kawajiri Fude viendra du Japon les 15 et 16 novembre pour une conférence et des workshops autour de la calligraphie à l’ESPACE DENSAN.

Plus d’informations sur ce lien.